Le visage de la mort

Publié le par Clem

 


Elle ferma les yeux. Juste un instant. Un trop court instant. Pour échapper à la terrible réalité.
A sa terrible réalité.
Devant elle, le visage de la mort. Partout autour d'elle. Le parfum du regret flottait.
Le visage de la mort. La mort a un étrange visage. Celui de la culpabilité.
Sur ce long canapé rouge, le visage de la mort reposait.
Il était souriant, ridé et pâle.
Autour de sa tête, une marre de sang. Une marre rouge. Un rouge introuvable ailleurs. Toutjours ce même rouge qui la hanterait bientôt chaque jour.
Elle rouvrit ses yeux. Choquée par le visage de la mort, elle lâcha son poignard.
Ce petit poignard au manche d'or. Ce petit poignard qui ouvrait ses lettres d'amour.
Il tomba au sol. Il tomba en éparpillant partout des petites touches de rouge.
Elle serra les poings.
Dehors, la pluis tombait très fort.


La laverait-elle de ce qu'elle venait de faire?
La pluie pourrait-elle emporter ses pêchés?


Elle glissa ses yeux une dernière fois sur le canapé rouge. Sur le corps rouge de sang.
Sur le poignard doré.
Elle hésita à l'emporter. Mais il fallait mieux tout laisser derrière elle.
Le visage de la mort la hanterait à jamais.
Le parfum du regret la hanterait à jamais.
Elle regretterait ce petit poignard d'or.
Ce petit poignard qui avait commis un meurtre.
Un meurtre qu'elle avait eut l'intention de commettre avec lui.
Ce petit poignard d'or c'était l'objet de sa culpabilité.
Il était l'obet du regret.
Ce petit poignard d'or au parfum de regret.


Ce qui est intéressant avec cette (petite) nouvelle, c'est que vous pouvez lire les trois épisodes soit en commençant par "Parfum de cauchemar" et revivre l'histoire en arrière, soit sommencer par "le visage de la mort" et suivre les évènements chronologiquement.
Mais je tiens à dire que l'ordre initialement prévu, qui est celui dans lequel j'ai écrit les trois parties est le suivant : 1. Parfum de cauchemar; 2. La pluie de la fuite; 3. Le visage de la mort. 
A vous de voir....


 

Publié dans Nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Méli-Mélo 11/06/2008 15:38

Faut pas hésiter! Je comprends pourtant cette hésitation car quand je mets sur mon blog des choses écrites il y a longtemps j'ai souvent la même. Mais c'est bête!!!! A s'auto censurer comme ça qui sait à côté de quel partage, de quelle rencontre on peut passer! Donc tu as hésité mais tu nous as fait découvrir cette nouvelle et c'est le principal!

Clem 09/06/2008 14:15

Merci, c'est gentil!!! je t'avoue que j'ai longtemps hésité avant de la mettre... je l'ai écrite il y a très longtemps à une période ou tout n'était pas rose... mais ça va mieux maintenant, j'écris des choses plus... légères! lool

Méli-Mélo 09/06/2008 13:47

Bravo pour cette effrayante nouvelle à la fois réaliste et poétique!

Méli-Mélo 09/06/2008 13:47

Bravo pour cette effrayante nouvelle à la fois réaliste et poétique!

Méli-Mélo 09/06/2008 13:47

Bravo pour cette effrayante nouvelle à la fois réaliste et poétique!